ETUDES

Des études sur les questions de genres, famille et sexualités

Auteures : Irene Zeilinger, Lara Lalman

Culture du viol, stéréotypes de genre, sexualisation genrée … L’utilisation du concept de consentement soulève actuellement beaucoup de questions… dont celle du désir des femmes en amont, d’un point de vue symbolique, sanitaire, et politique. Si les femmes rencontrent en effet quelques difficultés à donner ou non leur consentement compte tenu d’une dissymétrie des rapports de genre, comment sont-elles en mesure d’accéder à leurs désirs ? Dans ces débats, le consentement et la sexualité féminine sont tout d’abord problématisés par le prisme des violences sexuelles. Il va de soi que, dans une situation d’oppression structurelle, la violence et comment s’en préserver sont des questions prioritaires par rapport à des sujets considérés comme du « luxe » : c’est probablement le cas du désir. Nous explorons ici quelques pistes de réflexions féministes quant à l’aliénation du désir féminin, les leviers et les limites actuel.le.s à la réappropriation de soi et au consentement mutuel.

La neutralité de genre dans la lutte contre les violences, question d’équité ?

« La loi, le travail, le mariage et la famille, la religion, l’art, l’enseignement… toutes les institutions de la société se construisent sur et par les inégalités de genre et les perpétuent. Qu’il s’agisse de la représentation politique, des revenus, de la propriété, de la distribution des tâches ménagères et des soins aux enfants au sein d’un ménage, de l’accès à l’espace public, du temps de parole dans des discussions […] Les violences n’ont pas lieu dans un vacuum, mais s’inscrivent dans cette structure sociale inégalitaire.
C’est pourquoi une gifle ou une insulte d’un homme envers une femme n’a pas la même fonction, signification ni conséquence qu’une gifle ou une insulte d’une femme envers un homme.
La présente étude explore ces différences de genre et cherche à comprendre les ressorts du discours de la neutralité de genre, ainsi que ses conséquences, afin de faciliter un positionnement féministe. »

Sur base d’une recherche réalisée par la Plateforme pour Promouvoir la Santé des Femmes.

Malgré les évolutions historiques, nous constatons que les femmes continuent à être assignées au rôle reproductif, que ce soit par des injonctions répétées à la maternité ou par les attentes récurrentes de la société à ce qu’elles prennent soin des autres.

Les femmes sont ainsi confrontées à des injonctions paradoxales autour de la maternité : encouragées par des représentations idéalisées d’une part et dévalorisées socialement d’autre part, du fait de l’impossibilité de pouvoir se consacrer entièrement à un projet personnel ou professionnel à partir du moment où elles ont des enfants.

Le débat qui a animé la Belgique sur la GPA en 2015 posait la question de l’intérêt de légiférer ou non, interdire ou réguler.

Le CEFA, après diverses réflexions sur la Procréation Médicalement Assistée, se pose, comme d’autres associations féministes, la question de l’autonomie des femmes et du respect de leurs droits, notamment de l’impact sur leur santé et leur intégrité physique et morale.

corps ecrits asbl louvain-la-neuve belgique

Corps écrits asbl
Siège social et équipe animation
Place Galilée, 6
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
Tél : +32 (0)10 47 28 61

Secrétariat
Sentier du Goria, 8
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
Tél : +32 (0)10 47 42 25

Email : info[at]corps-ecrits.be

Envie d’écrire ? Envie d’agir ?
Envie d’écrire autour d’une de nos thématiques ? De participer à l’élaboration de nos actions ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous !

Suivez-nous sur Facebook !