Thème : Féminismes

A votre disposition, toutes nos publications sur ce thème.

La cause animale semble entretenir de longue date un rapport étroit avec le féminisme. Le végétarisme et le féminisme interrogent en effet la place de la violence et de la domination dans notre société. Quant à l’activisme antispéciste, il incarne une nouvelle vague, une forme de désobéissance civile et d’action directe qui pourrait aider à politiser la cause animale.

Des danseurs explorent le féminin en eux, entre humour et finesse, à travers des stéréotypes et des situations auxquelles les femmes sont confrontées (l’avortement, la harcèlement, etc.). Ils se déploient dans les milles et une nuances qui existent entre les genres et qui brouillent les pistes. Mais comment ne pas occulter l’oppression historique des femmes en voulant sortir de la binarité de genre ? En montrant ce à quoi les femmes ont été réduites pendant des siècles et en réhabilitant la figure des sorcières ?

Campagne ” Les droits sexuels et reproductifs des femmes dans le monde”. A l’occasion de la 25e Nuit africaine – Samedi 23 juin 2018 – Domaine provincial du Bois des Rêves – Avec le soutien de la Direction générale de la Coopération au Développement – www.nuitafricaine.org

Comment les femmes trouvent-elles leur place dans « un art qui n’est pas pour les filles » ?  Ce n’est pas tâche aisée : ce monde de l’art de rue est habituellement masculin et cette forme d’art est encore stigmatisée comme vandalisme dans l’esprit du grand public. Et sanctionnée comme telle par la loi.

La tendance est d’imaginer un homme encapuchonné taguer les rames de métro la nuit, plutôt qu’une femme. Pourquoi ? Parce qu’une femme est censée courir moins vite si elle se fait surprendre ? Parce que l’action dans l’espace public, et a fortiori la rébellion, appartient aux hommes là où les femmes devraient rester sages, mesurées, voire géographiquement limitées à l’espace familial ?

Quelles opportunités les citoyen.ne.s ont-ils et elles de s’approprier l’aménagement de leur territoire selon leurs besoins, dans un objectif de solidarité, de justice et d’égalité ? Quelle est la place des femmes dans l’urbanisme ? Les déterminants de la santé sont-ils pris en compte dans le développement urbanistique ? Les problématiques qui touchent les personnes les plus vulnérables sont-elles visibles, a fortiori à Ottignies-Louvain-la-Neuve, commune relativement privilégiée économiquement ?

Quelques questionnements abordés avec la Plateforme citoyenne d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, la Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et le Collectif Halé!

Sur base d’une recherche réalisée par la Plateforme pour Promouvoir la Santé des Femmes.

Malgré les évolutions historiques, nous constatons que les femmes continuent à être assignées au rôle reproductif, que ce soit par des injonctions répétées à la maternité ou par les attentes récurrentes de la société à ce qu’elles prennent soin des autres.

Les femmes sont ainsi confrontées à des injonctions paradoxales autour de la maternité : encouragées par des représentations idéalisées d’une part et dévalorisées socialement d’autre part, du fait de l’impossibilité de pouvoir se consacrer entièrement à un projet personnel ou professionnel à partir du moment où elles ont des enfants.

Dans plusieurs pays, depuis maintenant quelques années, on demande une réglementation de la GPA, souvent par légifération. Pourquoi cette demande ? Et que signifie réglementer ?

Réglementer ou légiférer revient à accepter la pratique, et à croire que l’on peut en limiter les éventuelles conséquences néfastes, et à admettre le droit, pour tout.e.s, de se servir de femmes mères porteuses, et de récupérer les enfants que celles-ci mettraient au monde sur la base d’un contrat.

C’est une histoire fragmentaire qu’il nous parait indispensable d’approcher, car occulter ces savoirs et pratiques fut l’enjeu politique et économique de cette histoire, qui est celle aujourd’hui de la santé sexuelle et reproductive des femmes.

Les bribes d’une autre lecture de l’Histoire démontrent que le privé reste une question politique comme le revendiquent les féministes depuis un demi-siècle, intimement liée à l’économie capitaliste, patriarcale par essence.

Le 14 mars 2017, Chez Zelle, la Vitamine Z, le CEFA asbl et l’asbl Garance ont accueilli une trentaine d’animateurs et animatrices de différentes maisons de jeunes (MJ) du Brabant wallon pour un premier état des lieux sur les questions de genre en MJ.

Comment la question des tensions dans les rapports entre les sexes est-elle vécue et abordée sur le terrain tant par les jeunes que par les équipes d’animation ? Et quels outils proposer pour aborder et questionner les stéréotypes et les rapports de domination avec les jeunes, mais aussi avec les animateurs et animatrices ?

corps ecrits asbl louvain-la-neuve belgique

Corps écrits asbl
Siège social et équipe animation
Place Galilée, 6
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
Tél : +32 (0)10 47 28 61

Secrétariat
Sentier du Goria, 8
1348 Louvain-la-Neuve, Belgique
Tél : +32 (0)10 47 42 25

Email : info[at]corps-ecrits.be

Envie d’écrire ? Envie d’agir ?
Envie d’écrire autour d’une de nos thématiques ? De participer à l’élaboration de nos actions ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous !

Suivez-nous sur Facebook !